25 octobre 2018 Actualités

Anna, une ambassadrice qui en a sous la semelle…

Il y a cinq ans, cette Pierrefittoise créait l’association Son of sneakers. Un anniversaire fêté comme il se doit, prélude au premier « Sommet National de la Culture de la basket » organisé en 2019 à La Villette.

Devant l’objectif de la caméra de BFM TV, Anna déroule son discours : « Porter une paire de sneakers aujourd’hui, c’est représentatif d’une simplicité, d’un état d’esprit aussi… » Des baskets –les sneakers en anglais- la jeune femme de 35 ans pourrait en parler sans fin. D’ailleurs, ça fait déjà cinq ans qu’elle s’en est fait une spécialité en créant à Pierrefitte l’association et le collectif « Son of sneakers » qui s’est donné pour objectif d’organiser le premier « Sommet National de la Culture de la Basket » en France, rendez-vous programmé en octobre 2019 à La Villette.

En attendant, ce mercredi 24 octobre, au French Art Bar, dans le quartier parisien du Marais, c’est l’heure de célébrer les 5 bougies de « Son of Sneakers » dans un univers qui ressemble à ce que défend au jour le jour l’association : street food au comptoir et street art sur les murs.

Et, au milieu Anna, chaussés de sneakers d’une marque aux trois bandes revus par le créateur Alexander Wang : la trentenaire a réuni une grande partie des adeptes de la sneakers pour en dire un peu plus sur l’organisation de l’évènement qui occupera ses prochains douze mois. Le « Sneakers Summit Paris », en anglais dans le texte, « ce sera un évènement où l’on va faire en sorte de faire rayonner au maximum les jeunes artistes et créateurs du 93, ceux qui n’ont pas les codes ou les moyens de se faire connaître, expose l’ambassadrice du In-Seine-Saint-Denis. Ce qu’on veut, c’est que les « grosses » marques qui vont s’associer au Summit permettent aux plus petites de vivre l’évènement. »

« La Seine-Saint-Denis, c’est le département le plus créatif de France, c’est pour cela que je m’y sens bien. Tout y est possible en matière de création et de culture… »

Une envie qui ressemble bien au parcours d’Anna. Lorsqu’elle crée Son of Sneakers, la Pierrefittoise, spécialiste de la communication, a une connaissance limitée de l’univers de la basket : « Un jour, raconte-t-elle, je me retrouve chez des amis pour une soirée appart’ où l’on en vient à regarder le film « Les blancs ne savent pas sauter » qui date de 1992 avec Woody Harrelson et Wesley Snipes. Et là, je vois apparaître une paire de Air Force Command 180… »

Une apparition quasi-divine qui va motiver la création quelques mois plus tard de Son of Sneakers : « J’ai tout voulu savoir sur cette paire, j’ai fouillé le web, posé des tas de questions à des spécialistes, je voulais comprendre ce qui se cachait derrière cette simple paire de baskets. Alors, je suis allé à des évènements autour des sneakers et j’ai commencé à poser des questions. Après tout, ce n’est pas parce que tu n’as pas 450 paires dans tes placards que tu ne peux pas t’intéresser au sujet…»

Vrai, mais dans un milieu assez fermé, il faut savoir mettre le pied dans la porte. « Et ça Anna a très bien sur le faire, raconte Florian Gravier, autre ambassadeur du In et créateur à La Courneuve de la marque Flaneurz, un concept qui transforme vos sneakers en rollers. Elle est entreprenante et c’est une femme dans un milieu qui reste encore très masculin. Sa différence, c’est qu’elle sait mettre en avant le côté culture qui est derrière les sneakers alors que de nombreux évènements sont plutôt commerciaux.»

Preparation défilé STUDIO DANTESIXTJUNE , 5 ans de Son Of Sneakers, le 24/10 au Fat. 8 rue de Beauce, Paris 3emeavec Crep Protect, Lotto Sports et le #INSSD

Au French Art Bar, ce soir d’anniversaire, les créations de quelques artistes qui collaborent avec Son of Sneakers, parmi lesquels la street-artist Malice ou Rudnes, roi de la customisation des sneakers en oeuvre d’art, sont d’ailleurs mises en valeur et attisent le regard des visiteurs du soir. D’autres pépites sont encore à dénicher grâce à l’expertise de Thi, ingénieur sécurité dans le civil et l’œil d’Anna en matière d’art : «Son of sneakers, c’est aussi savoir parler d’art contemporain, de street-art, résume la jeune femme, tout ce qui a trait en fait à l’univers urbain. » Et qui sera d’ailleurs au centre du prochain évènement de Son of Sneakers lors d’une conférence-débat « Culture Vs Sneakers » organisée aux Magasins Généraux de Pantin le 15 décembre prochain. Sur les bords de l’Ourcq, temple à ciel ouvert du street-art, Son of Sneakers sera comme une basket qui marche sur l’eau : « Pour moi, la Seine-Saint-Denis, c’est le bastion de la culture urbaine, développe Anna. C’est aussi le lieu où tout est possible. Tu peux monter un projet, il y aura toujours une structure qui pourra t’aider et puis surtout, aujourd’hui, le réseau du In t’apporte un maximum de crédibilité. » Avec ou sans sneakers aux pieds…

Frédéric Haxo

(1) https://sonofsneakers.fr

Crédit photos: Bruno Levy