14 novembre 2018 Actualités | Ambassadeurs

Isabelle Hollebecq : «Jeu » pense, donc je suis…

Fondatrice de l’association Fabriquons la Solidarité à Rosny, cet ex-ingénieure a quitté le secteur privé pour rejoindre les rangs de l’économie sociale et solidaire.

 Ex-ingénieure au sein d’un grand groupe international, Isabelle Hollebecq a rompu les amarres avec le secteur privé un peu avant 2010, lassée de se heurter à la volonté de ses actionnaires de « privilégier d’abord la rentabilité. » Un bilan de compétences lui fait aussi réaliser que l’essentiel pour elle est d’avoir « un engagement social et sociétal. » A Rosny où elle réside depuis maintenant 22 ans, elle crée donc l’association Fabriquons la Solidarité (FASOL), une structure d’insertion par l’activité économique autour des jeux en bois. Vente de jeux en bois récupéré, prestations d’animations auprès de collectivités, dans les maisons de retraite construisent le quotidien de FASOL où il s’agit de « redonner une deuxième vie au bois comme aux personnes dans une logique professionnelle et d’estime de soi.

Dans les maisons de retraite de Seine-Saint-Denis, Fasol aide ainsi les seniors à sortir de leur isolement, à les redynamiser avec sa panoplie de jeux faits-maison dans son atelier du quartier du Pré-Gentil. Une vraie satisfaction pour Isabelle Hollebecq (62 ans), qui a passé la main au sein de Fasol au début de l’année 2018 en passant le relais de son poste de directrice générale de FASOL. Mais, la récente ambassadrice du « In » continuera d’être active dans le domaine associatif : « Je vais prendre un peu de recul avec FASOL pour ne pas empiéter sur le travail de celle qui me succède, mais j’ai très envie de m’impliquer auprès de la Ligue des Droits de l’homme ou de la CIMADE –une association de soutien aux personnes réfugiées et migrantes- qui n’est pas représentée à Rosny. Il y a tant de choses à faire… »

Frédéric Haxo

****

« Le « In » donne une touche positive supplémentaire à la Seine-Saint-Denis. Moi, ça fait trente ans que je vis dans ce département et ça fait autant d’années que j’y ai ressenti une créativité énorme… Et ça continue aujourd’hui : plein de choses nouvelles dans tous les domaines sont en train d’émerger, il faut continuer de les porter. En devenant ambassadrice, je veux témoigner surtout d’une chose : il fait bon vivre en Seine-Saint-Denis. »