Chargement Évènements

Eric Legros

« Le fromage suspendu, c’est la possibilité pour les clients d’acheter des fromages, destinés à des personnes qui n’ont pas la possibilité de s’en offrir »,

explique Eric Legros avec entrain. « Le principe vient du café suspendu en Italie, où vous pouvez acheter deux cafés : un que vous consommez, et un autre que vous laissez pour quelqu’un que vous ne connaissez pas. » Ainsi, dans le camion d’Eric Legros, une dizaine de fromages offerts patientent, en attendant d’être dégustés par n’importe qui dans le besoin.

« On a un besoin de se retrouver, de refaire du lien social »

Cela fait un an que cet ancien éducateur spécialisé originaire du nord de la France a pris ses quartiers sur la place de la Fraternité, à Montreuil. « Mon projet c’est d’occuper un lieu, de fraterniser. C’est pour ça qu’au delà d’une crémerie et d’une fromagerie, c’est également un bar à fromage qui permet aux habitants de se poser dans un bel endroit qui pour le moment n’était pas occupé pleinement ». En effet, le food-truck d’Eric Legros n’est pas seulement un lieu de passage, mais également un endroit où s’asseoir autour de l’une des petites tables colorées placées devant le camion, pour boire un café, manger du fromage, et discuter. « Le fait de pouvoir se poser plait aux gens. On a un besoin de se retrouver, de refaire du lien social. C’est lié à mes métiers précédents, car finalement, ici, le fromage est un support pour la relation, pour l’échange et le dialogue », nous explique t-il.

En complément de son fromage suspendu, Eric Legros organise deux fois par ans des banquets fraternels avec le centre social du quartier des Coutures, et l’antenne de quartier de la ville de Montreuil. L’occasion de faire se rencontrer ceux qui ont offerts, et ceux qui ont reçus les fromages. « On ne veut pas que ce soit comme l’abbé Pierre », précise t-il, « les bénéficiaires n’apprécieraient pas. C’est festif, un banquet que tout le monde partage, un moment où on se pose, on parle, sans distinction sociale ».

Pourquoi le fromage ? « J’ai choisi un produit qui est fédérateur et qui nous identifie bien en France. C’est une passion. Ici, le fromage ca fait un peu franchouillard mais sans être excluant. C’est un produit convivial, associé à des choses positives et agréables, des moments de fête, où on se retrouve en famille entre amis. » A 52 ans, Eric Legros n’a rien perdu de sa fibre sociale, au contraire. Il est même un peu surpris que l’on s’intéresse autant à son activité. « J’ai bonne presse depuis que j’ai ouvert car mon projet semble intéressant, mais je suis surpris, car ce que je met en place ce n’est pas compliqué ! Ca mériterait d’être généralisé. J’y mets de ma poche parfois avec des fromages, mais ce n’est pas ça qui va mettre en péril l’entreprise ! C’est par la solidarité qu’on arrivera à s’en sortir, on le sait, donc il faut maintenant passer à l’acte ! »

Constance Bloch