Alice Jehan, graine d’Engraineuse

Cette trentenaire, ambassadrice du In est une militante convaincue de l’éco-féminisme. Un mouvement et une philosophie à découvrir lors d’Après la Pluie, festival qui aura lieu le 29 juin à la Cité Fertile de Pantin, dont le In Seine-Saint-Denis est partenaire. Présentation.

« On ne naît pas éco-féministe, on le devient. » Cette citation largement adaptée de la phrase d’ouverture du 2e tome du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, inlassable militante de la condition féminine, est une manière de résumer, à traits un peu forcés, le parcours d’Alice Jehan, militante éco-féministe et co-fondatrice des « Engraineuses », une association créée en 2018 et « dédiée aux femmes qui ont pour ambition de s’épanouir, d’apprendre et de créer afin de mettre en place plus d’équité dans notre société. » Le tout en mettant l’accent sur le développement durable et la défense de la planète. Une idée théorisée dès les années 70 aux États-Unis où la question d’une exploitation conjointe des femmes et de la nature a fait naitre le mouvement éco-féministe dont se revendique aujourd’hui Alice Jehan.

Laquelle a donc forgé ses convictions au fil de son parcours de jeune trentenaire parisienne diplômée de l’École Universitaire de Management de Bordeaux où elle a suivi une formation en commerce international et développement de structures avant d’enchaîner les missions dans les secteurs de l’écologie et de l’économie sociale et solidaire. Tant et si bien qu’elle a fini par croiser la route de Solène Ducretot -réalisatrice et journaliste- et d’Amélie Cornu- comédienne et auteure- pour former le trio des « Engraineuses. »

Une envie d’engrainer la Seine-Saint-Denis…

Une alliance qui s’attelle depuis plusieurs semaines à concocter pour le 29 juin à la Cité Fertile de Pantin, le Festival Après La Pluie, premier festival éco-féministe de France (1) qui tissera « un lien étroit entre l’exploitation de la planète et celle des femmes. »

Lâchée comme ça de manière un peu abrupte, la formulation peut faire peur, mais Alice Jehan est rassurante et pédagogue : « Bien sûr, l’idée est de présenter ce qu’est vraiment l’éco-féminisme à travers des conférences et des débats. Mais, on sera aussi là pour rire, danser, se rencontrer de manière positive contre la crise écologique que nous traversons. » Dans cette veine, on vous invite, entre autres, à ne pas manquer l’atelier d’éco-guérison mené par Léa Durant, naturopathe et interprète des corps ou la très « sérieuse » conférence « Comment devenir écolo sans devenir chiant » déroulée par la youtubeuse Lenie Cherino, coréalisatrice de la chaîne Professeur Feuillage.

Bref, tout un programme de solutions pour la défense conjuguée de la planète et de la cause des femmes que Les Engraineuses ont bien l’intention d’essaimer ensuite en Seine-Saint-Denis en s’appuyant sur le réseau des ambassadrices et ambassadeurs du In.

« Pour les Engraineuses, le 93 ne peut qu’être qu’un point d’appui de notre démarche éco-féministe parce que c’est un territoire en mouvement qui fourmille déjà d’initiatives en faveur de l’écologie et des femmes, tranche Alice Jehan.

Donc, partout où on le pourra en Seine-Saint-Denis, on va construire des partenariats et des initiatives qui vont continuer de casser les clichés de genre, défendre la juste place des femmes dans la société, tout en militant pour un développement durable. »

Parole d’Engraineuse !

 

Frédéric Haxo

 

(1) Programme détaillé du Festival Après la pluie : www.facebook.com/events/1021891871348946/

 

Partager sur les réseaux sociaux