Idriss Niang, un ambassadeur sur les chapeaux de roue

Parmi les premiers ambassadeurs du In, ce Drancéen multiplie les actions en direction des jeunes de Seine-Saint-Denis avec son association Agir ensemble. Notamment en démocratisant l’accès au permis ou au BAFA. Portrait d’un hyperactif dont les mots d’ordre sont « discipline, travail et réussite. »

Avec Idriss Niang, il est permis de rêver mais pas de rêvasser. Président de l’association Agir ensemble (1) créée en 2009, le trentenaire grandi à Drancy est en effet du genre hyperactif. Et aussi hyper-sollicité. Pendant une grande partie de notre entretien, son portable va biper en cascade, sans compter tous ceux qui le saluent lorsqu’ils passent devant son local associatif situé au pied des immeubles de la Cité Marcel-Paul dans le centre-ville de Drancy. « Il est 18 heures, c’est l’heure de pointe, s’exclame-t-il. J’ai douze appels ratés en même pas 20 minutes, c’est magnifique, ça va vite ! » Très vite même parce qu’il faut suivre l’un des premiers ambassadeurs du In lorsqu’il énumère toutes ses activités associatives : « Agir ensemble, ce sont aujourd’hui sept axes d’action, enchaîne-t-il à la volée. Tout a commencé en 2010 par des formations au BAFA, le Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur que nous avons proposé à 24 euros au lieu de 400 à 600 euros grâce à des aides de l’État. Depuis nous avons formé plus de 1500 jeunes au BAFA en Seine-Saint-Denis, une action qui nous a servi de première grosse vitrine ensuite… »

 

De l’épicier du coin à Paris-2024…

La suite pour Agir ensemble, c’est en résumé, aujourd’hui, des actions d’accompagnement à la scolarité dans toute la Seine-Saint-Denis, l’opération du permis de conduire à 150 euros financée grâce à divers partenaires et la contrepartie pour les jeunes soutenus de s’engager à consacrer quelques heures à des actions de sensibilisation à la sécurité routière, auprès de collégiens. Mais aussi des missions de recrutement de futurs conducteurs de tramways menées avec succès dans les quartiers de Seine-Saint-Denis pour le compte de la SNCF et de Keolis sur les lignes T4 (Bondy-Clichy-Montfermeil) et T11 Express (Epinay-sur-Seine-Le Bourget). Avec des ratios de réussite bien meilleurs que les cabinets spécialisés dans le recrutement. « Normal, répond Idriss Niang, l’insertion, c’est notre premier métier. Et puis, Agir ensemble a une vraie connaissance des quartiers de Seine-Saint-Denis qui nous permet de sélectionner des gens très motivés. »

Car, dans l’escarcelle des 7 activités d’Agir ensemble, il y a encore pêle-mêle : la casquette de prestataire de Pôle Emploi pour des cours de Français Langue Étrangère, la formation d’acteurs associatifs au montage de projets, des actions de solidarité internationale auprès d’écoles au Sénégal et au Maroc. Sans oublier une équipe senior féminine de futsal « qui promeut le sport au féminin dans les quartiers », finit d’énumérer Idriss Niang.

Lequel n’a pas prévu de s’arrêter là : « On va continuer de grandir, projette-t-il, parce qu’il y a dix ans, on passait nos partenariats avec l’épicier du coin et que maintenant on travaille avec la SNCF et pourquoi pas bientôt les organisateurs des Jeux de 2024. »

 

Un « parcours du combattant »

Une croissance accélérée qui lui vaut des invitations à des « conférences pour parler de l’émancipation des quartiers populaires. » Là, il déroule son « parcours du combattant » qui lui a valu d’obtenir en 2014 à 30 ans un « Masters 2 politiques sociales, territoires et stratégies » un peu plus d’une quinzaine d’années après « s’être retrouvé en BEP Maintenance, parce que j’étais un peu perturbateur à l’école quand j’étais petit et que j’ai été mal orienté. Mais, je me suis accroché et j’ai fini par avoir un bac de maintenance pour me retrouver à la Fac d’abord en STAPS puis en lettres… » Et puis arrive finalement Agir ensemble, une association qu’il fonde en 2009 dans le cadre d’un projet universitaire sur l’engagement citoyen alors qu’il est étudiant en licence de sciences de l’éducation à Paris-13 Villetaneuse. « A l’époque, j’étais aussi assistant d’éducation dans différents collèges de Seine-Saint-Denis et j’ai pu observer de près les problématiques auxquelles étaient confrontés les jeunes de ce département. Agir Ensemble, c’est donc aussi le résultat de cette expérience-là. D’ailleurs, pas mal de jeunes qui travaillent aujourd’hui avec moi, étaient d’ailleurs collégiens lorsque je travaillais dans différents collèges de Bobigny, Blanc-Mesnil ou Aulnay. »

Un parcours de vie qui rend optimiste l’ambassadeur du In sur « sa » Seine-Saint-Denis : « Je trouve que le 93 avance plutôt bien parce que lorsque j’étais petit tous les étudiants qui faisaient de l’accompagnement scolaire, on était obligé d’aller les chercher à Paris. Aujourd’hui, des jeunes qui ont fait Sciences-Po, on les trouve aussi dans nos quartiers. Ça veut donc dire qu’on avance dans le bon sens… »

Frédéric Haxo

(1) Agir ensemble, 7 place Marcel Paul, 93 700 Drancy / Infos au 06.22.02.06.10

Partager sur les réseaux sociaux