ILS ET ELLES ONT DIT…

«La Seine-Saint-Denis concentre toutes les solutions aux problèmes de demain»

 

Stéphane Berdoulet, directeur d’Halage à L’Ile-Saint-Denis, association spécialiste de l’insertion via des chantiers d’espaces verts.

 

« Travailler à une charte écoresponsable ensemble permettra de poser un langage commun mais le plus important, ce seront bien les projets concrets qui suivront l’établissement de cette charte. Et on ne pourra mener ces projets à bien qu’avec un ADN collectif. On développera des solutions écoresponsables parce qu’on le fera avec d’autres : puissance publique, membres de la recherche scientifique, acteurs privés ou associatifs. Dans ce cadre, les Jeux de 2024 ou d’autres grands évènements qui portent des transformations du territoire sont des objectifs clairement atteignables pour nous. Avec Halage, on a par exemple le projet de fournir les bouquets des athlètes de 2024 grâce à des fleurs coupées produites sur l’Ile-Saint-Denis sur des sols pollués par l’activité industrielle passée. Et puis, on projette aussi de produire du substrat fertile pour les aménagements du futur village olympique à partir de terres excavées, de compost et de béton disponibles en Seine-Saint-Denis. Ce sera une nouvelle démonstration du fait que le 93, en s’appuyant sur les différentes origines de sa population, peut réunir toutes les solutions aux problèmes de demain. »

——–

 

« Construire des indicateurs fiables d’écoresponsabilité »

 

Karl Hospice, président d’Activille à Bobigny, association de sensibilisation à la protection de l’environnement.

 

 « Une des premières choses à faire pour mettre en place la charte d’une Seine-Saint-Denis écoresponsable, c’est de construire des indicateurs d’impact fiables qui permettront de savoir comment la population locale s’empare des actions d’écoresponsabilité, ce qu’elle en fait une fois la manifestation ou l’évènement terminé. Et puis, il faudrait aussi mesurer l’impact des évènements sur la biodiversité, savoir quelle production de déchets ils génèrent, comment on les recycle ou on les inscrit dans une filière de réemploi. Savoir aussi comment ces évènements créent, grâce à cette écoresponsabilité, des emplois inclusifs. Bref, il me parait essentiel de savoir mesurer comment un évènement agit en écoresponsabilité pour développer une action efficace. »

——-

 

« Travailler avec des solutions made In Seine-Saint-Denis »

Claire Gaide, responsable de la programmation et des événements des Magasins Généraux à Pantin.

 

« En ce moment les Magasins Généraux sont en train de mettre en place leur prochaine programmation culturelle pour la période de juin à septembre 2020 et notre idée c’est de pouvoir mettre en valeur dans nos organisations à venir des solutions et des acteurs de Seine-Saint-Denis. Parce que l’écoresponsabilité doit d’abord se jouer à l’échelon local dans une dynamique au service du territoire et de ses habitants. »

 

——–

« Continuons de porter une envie de changement ! »

 

Paul Mollon, responsable des magasins franciliens de l’association « La Réserve des Arts » à Pantin, spécialiste de la valorisation des déchets des entreprises et institutions culturelles.

 

« L’objectif après cette première rencontre va être de trouver des moyens d’engager des échanges parce qu’aujourd’hui, il y a une prise en compte de plus en plus importante des problématiques d’économie circulaire : la preuve, nous croulons à la Réserve des Arts sous les demandes d’entreprises. Ce qui n’empêche pas que pour chacun d’entre nous, acteurs de l’économie circulaire, les besoins sont nombreux pour faire avancer cette idée d’une charte écoresponsable. De notre côté, on a par exemple besoin d’espace, de financements pour nous développer. Sur notre fonctionnement qui peut être considéré d’utilité publique, on aurait aussi besoin de plus de soutien des pouvoirs publics. En tout cas, le Département de la Seine-Saint-Denis porte une réelle envie de changement sur la thématique de l’économie circulaire et c’est sur cette lancée que nous voulons continuer d’avancer… »

 

——-

« Aller aussi vers la transition alimentaire… »

 

Samanta Vergati, fondatrice d’Altrimenti au Pré-Saint-Gervais, association de lutte contre le gaspillage alimentaire.

 

« Faire avancer la Seine-Saint-Denis vers la transition écologique et alimentaire est aujourd’hui un impératif : il faut que les évènements et les initiatives qui se montent dans le 93 aillent vers une écoresponsabilité naturelle. Pour cela, il faut donc créer et soutenir un vrai réseau de compétences et de mutualisation des savoir-faire que le In Seine-Saint-Denis a enclenché avec cette première rencontre. Nous, de notre côté à Altrimenti, on peut apporter notre vision et notre expérience d’une alimentation écoresponsable parce qu’il n’y a pas d’évènement sans nourriture. Très prochainement, nous allons d’ailleurs créer en Seine-Saint-Denis une filière de production de filières de conserves de qualité à partir de fruits et légumes déclassés. »

Retrouvez les pistes de travail des ambassadeurs du In SSD et des services départementaux pour développer l’écoresponsabilité sur notre territoire. Ces propositions s’étofferont au cours des prochains mois

MISE EN RESEAU

  • Créer un réseau/annuaire des organisateurs d’événements sur le territoire
  • Travailler les solutions avec les professionnels du secteur événementiel
  • Accompagner la charte des événements écoresponsables d’un répertoire des acteurs et solutions existantes
  • Conseil en éco évènement : proposer une offre de définition de charte chaque lieu le désirant avec l’aide d’acteurs écoresponsables
  • Mettre en réseau des organisateurs d’événements et des acteurs du développement durable du territoire
  • Construire un réseau de structures agissant au niveau local sur des enjeux pédagogiques à destination des jeunes afin de les impliquer au mieux dans leur établissement et en dehors.
  • Développement de partenariats et d’échanges entre acteurs locaux
  • Elaborer un annuaire très précis de toutes les initiatives de l’ESS dans le département, mis à jour régulièrement, avec contact et activités…
  • Accroitre la visibilité et la communication : mise en réseau plus forte des différents acteurs du territoire et renforcer la communication autour de ce réseau
  • Créer une plateforme de rencontre avec des acteurs du territoire (écoles, universités, secteur privé)
  • Valoriser cette démarche pour des événements écoresponsables
  • Rendre accessibles les solutions développées par les acteurs locaux et les citoyens In SSD
  • Se faire connaître auprès des acteurs locaux pour accompagner les événements qui en ont besoin
  • Travailler avec les acteurs publics pour accompagner les structures qui ont moins de moyens
  • Un espace de stockage suffisamment grand pour le matériel nécessaire au tri des déchets (supports, bannières…).
  • Travailler en synergie pour proposer un accompagnement complet qui fait intervenir plusieurs acteurs
  • Co construire les solutions pour motiver les parties prenantes

 

ACHAT PUBLIC

  • Réforme des marchés publics
  • Développer des filières d’achats et de revalorisation
  • Marchés publics prescriptifs : obligation de solutions de tri/recyclage/réemploi et utilisation de substrats fertiles
  • Renforcer la réglementation sur les projets que portent le Département en terme d’économie circulaire, déchets…

Avoir les outils et process pour le réemploi dans les projets d’événements

 

 

PARTAGE DES SAVOIRS

  • Sur la connaissance de tous les acteurs /utilisateurs des espaces manque de visibilité sur ce qui se passe
  • Indicateurs d’impact environnementaux (biodiversité, eau, déchets, lieux éphémères…),
  • Développer des rencontres
  • Accompagnement par des professionnels dans les domaines techniques (logistique, informatique, juridique)
  • Partage des données afin de comprendre les flux et capter les matériaux
  • Aide à l’identification des déchets revalorisables
  • Inciter à produire des énergies renouvelables
  • Respect de la réglementation sur la mise en place du tri des déchets 5 flux

 

MUTUALISATION

  • Besoin d’espace car gros volume de collecte sur de l’événementiel
  • Mutualiser les outils et matériel
  • Création de centre de ressources d’outils pédagogiques
  • Besoin de locaux pour développer davantage les activités
  • Développer des moyens financiers pour rendre accessibles aux publics précaires les démarches éco responsables
  • Mutualisation des filières de gestion de déchets (avec Romainville par exemple)
  • Besoin en locaux pour des associations dans la Seine-Saint-Denis soit pérenne, soit avec baux précaires mais mis à disposition gratuitement

 

VALORISER

  • Organiser un temps fort de valorisation des solutions écoresponsables festif et imaginatif
  • Redistribuer les invendus alimentaires
  • Sensibiliser, former l’ensemble des salariés de la MC93 en vue de créer une dynamique d’équipe
  • Valorisation des nouveaux métiers écoresponsable, développer de filière

 

FINANCEMENTS

  • Financement, reconnaissance et valorisation par la municipalité des actions exemplaires menées par des acteurs
  • Besoins de financements
  • Plus de ressources publiques pour sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge (via des spectacles, jeux, animations…)
  • Aides et subventions pour compléter des projets innovants qui pourront servir de référence
  • Accès à des financements (européens, privés…) pour expérimenter et développer l’ingénierie
  • Développer des stations de GNV et électriques de recharge

——–

 

Partager sur les réseaux sociaux