Avec « les Lanternes », c’est beau une ville la nuit…

Retour sur « Lanternes, le rebond », la parade nocturne qui, chaque année, éclaire l’engagement de l’association « Les Poussières » à Aubervilliers. Le 16 décembre, elle n’a pas sillonné la ville mais illuminé Le Point Fort. Flash-back pour mieux mettre en lumière cet évènement In Seine-Saint-Denis.

Des éclairs rouges dans la nuit givrée de décembre… Bienvenue au « Point Fort » d’Aubervilliers pour l’édition 2023 des « Lanternes », un samedi soir en nocturne pour donner un peu de lumière et de poésie à la grisaille hivernale. Comment ? En commençant dès le printemps à fabriquer des lanternes originales en bois et papier, un peu partout à Auber’ et sous la houlette de l’association « Les Poussières », ambassadrice du IN.

Et, si d’habitude, les lanternes font défiler leurs serpentins de lumière dans toute la ville, la parade 2023 a dû être annulée, en octobre dernier, pour cause de plan Vigipirate renforcé. Pas grave, les Poussières ont décidé de s’unir avec le Point Fort, autre ambassadeur du IN, pour jouer la carte du rebond. Retour en images et en textes sur cet évènement avec quelques-uns des 400 créateurs de lanternes.

« Amener des sourires sur les visages ! »

David et Geoffrey, bénévoles au sein des Poussières, « architectes » de la construction des Lanternes.

« Comme nous travaillons tous les deux dans les domaines de la création en 3D et de l’ébénisterie, nous avons un peu le rôle de superviseurs et de conseillers dans la création des différentes lanternes. Mais, ce qui nous réunit surtout, c’est l’envie et le plaisir d’amener des gens de la ville où nous habitons, à créer des choses qui leur donnent le sourire ! »

« Après, techniquement, créer des lanternes, c’est d’abord faire venir d’Angleterre beaucoup de rouleaux de papier qui servent à créer les permanentes dans les salons de coiffure : c’est un papier très robuste qui se tend très bien sur les armatures en osier qui constituent nos lanternes. Avant d’en arriver au résultat final d’un grand pélican ou d’un gorille à taille presque réelle, c’est aussi beaucoup de travail préalable de plans, de sculpture, d’élaboration… Mais, on fait toujours cela collectivement et de plus en plus de monde, au fil des ateliers, vient mettre la main à la pâte avec nous ! »

 

« Génial d’éclairer la ville… »

Romain et ses enfants Léonie et Orso

« On a créé une Tour Eiffel parce qu’on n’avait pas tellement d’inspiration en commençant, mais finalement elle est très réussie cette Tour sur roues ! Mais, je dois dire que c’était surtout une idée des enfants… En tout cas, la création des lanternes est devenue pour nous un rituel familial, ça nous va très bien parce que nous sommes assez branchés « travaux manuels… »
« Surtout, c’est génial de créer un moment partagé comme ça et d’éclairer la ville : c’est un beau projet qui réunit beaucoup de gens d’horizons différents grâce à l’action de l’association Les Poussières. »

 

« Des moments partagés dont on a besoin »

Noémie et Dominique, Parisiens du 19e arrondissement

« Même si on vient en voisins du 19e arrondissement de Paris, on ne rate plus depuis quelques années les ateliers de création des Poussières, parce que c’est d’abord un projet vraiment sympathique qui nous fait rencontrer plein de gens différents. Et puis, on a le plaisir de créer des choses de nos mains, c’est vraiment un moment festif qui unit toute une ville et même au-delà, la preuve avec nous les Parisiens ! Je trouve qu’on a vraiment besoin, aujourd’hui, de ce genre d’instants de magie collective partagés. »

 

« C’est bien de faire rêver les enfants, mais aussi les plus grands ! »

Khadija et ses enfants Ilyès, Kenza et Kamelia

« D’habitude, les lanternes traversent la ville et c’est ce qui leur donne un côté un peu magique. En tout cas, même sans déambulation, c’est quand même très réussi parce que Le Point Fort est vraiment un endroit assez unique avec sa grande halle. De toute façon, avec ou sans déambulation en ville, la création des lanternes est un moment qui motive vraiment les enfants, année après année.  Les ateliers de création sont toujours très attendus et ce sont des souvenirs que les enfants n’oublieront pas. C’est bien de faire rêver les plus petits, mais aussi les grands ! »

 

« Les Lanternes rapprochent les gens »

Florence et Lolita, mère et fille

« Créer de la féérie et de la magie en ville, ça fait vraiment un bien fou pendant cette période hivernale. Ce que font Les Poussières tout au long de l’année avec les différents ateliers de création des Lanternes dans toute la ville, c’est aussi un moyen très simple de rapprocher les gens. »

—-

Frédéric Haxo

Partager sur les réseaux sociaux