Quand la Seine-Saint-Denis fait son miel…

Pour clôturer le mois de l’agriculture urbaine In Seine-Saint-Denis, petit butinage autour de quelques-uns des lieux d’apiculture du territoire.

La Maison des abeilles dans le parc départemental de la Poudrerie à Sevran-Livry, l’Ecole des abeilles de la Butte Pinson à Villetaneuse, les Reines de la Tour à Coubron, le Rucher des Lilas, l’Esprit de ruche à Montreuil, le Nectar des Dieux à Noisy-le-Sec ou encore le Miel béton de Saint-Denis… Voici quelques-uns des lieux qui font de la Seine-Saint-Denis, une terre d’apiculture. « Entre les ruchers écoles des associations, ceux de particuliers et quelques apiculteurs plus ou moins professionnels, il y a une multiplicité d’acteurs en Seine-Saint-Denis qui témoignent de la passion de ce département pour les abeilles », témoigne Charlotte Chiarelli, longtemps apicultrice à Noisy-le-Grand et qui a gardé un œil attentif sur la production séquano-dyonisienne. Laquelle poursuit notre apicultrice est « plutôt fruitée et fait partie des très bons miels de la région parisienne, régulièrement primés dans les concours en Ile-de-France. Elle profite en majorité des arbres des parcs ou des rues et du fait que les pesticides sont désormais interdits en zone urbaine. Les châtaigniers, les tilleuls, les acacias ou bien le sophora dont les fleurs regorgent de nectar sont les principales sources des abeilles du 93. » Vérification avec le butinage du « In » sur quelques lieux emblématiques de la production made In Seine-Saint-Denis.

 

Des abeilles comme à la Maison à la Poudrerie

Crédits photo: Patricia Lecomte

A Sevran-Livry, le rucher pédagogique de la Maison des Abeilles est composé d’une vingtaine de ruches qui appartiennent au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis. Une Maison accessible aux visites individuelles lors de journées portes ouvertes et toute l’année sur réservation pour les groupes. Notez d’ailleurs dans vos agendas que les prochaines portes ouvertes sont programmées du 29 juin au 30 juin – de 10 h à 18 h. Une excellente occasion de découvrir les spécificités du métier d’apiculteur et bien sûr de déguster le miel du parc. Pour les plus méfiants, sachez que vous pourrez approcher les abeilles sans risque en les observant par webcam ou grâce à des ruches vitrées. Une bonne manière de saisir de plus près le travail des ouvrières butineuses ainsi que la technique d’extraction et de mise en pots par les apiculteurs bénévoles du site.

 

Les parcs départementaux, des écrins préservés pour les ruchers

Image associée

Au sein du parc départemental Georges-Valbon, une équipe de six apiculteurs formés par la Société Centrale d’Apiculture (tout comme ceux de la Poudrerie) font leur miel au sein d’un rucher de 3000 m2 bordé d’acacias. Dans un parc classé zone Natura-2000, les abeilles ont sous leurs ailes une flore riche et surtout préservée des pesticides. Un lieu à découvrir lors de la Fête du Miel programmée le 1er septembre prochain. Même environnement naturel au sein du parc de la Haute-Ile dont les ruchers bénéficient aussi de l’expertise de la Société Centrale d’Apiculture fondée en 1855 et devenue aujourd’hui une référence nationale en matière de formation et de diffusion des connaissances en apiculture. A noter également sur vos agendas, le dimanche 15 septembre -de 14h à 17h- jour de la « Fête au rucher » au sein du Parc départemental du Sausset du côté d’Aulnay et Villepinte. Une après-midi où Guy Riera, l’apiculteur du parc, vous concoctera visite guidée de ses ruches et dégustation de son nectar produit dans le secteur du Bocage.

Infos détaillées sur les rendez-vous miels des parcs départementaux : parcsinfo.seinesaintdenis.fr

 

Saint-Denis, du béton et des abeilles

C’est un peu le « miel-vedette » de Seine-Saint-Denis. Régulièrement primé depuis 2001 au Concours Régional Agricole, le miel béton est aujourd’hui produit au sein de la Zone Sensible, soit 28 ruches installées au sein de la ferme urbaine de Saint-Denis gérées par le Parti Poétique et les Fermes de Gally. Fondateur du Parti Poétique, le plasticien Olivier Darné avait obtenu en 2000 de la mairie de Saint-Denis l’autorisation installer des ruches sur le toit du centre administratif.  Quatre ruches au départ de « l’aventure mellifère » et aujourd’hui près d’une centaine qui ont essaimé sur le territoire de la cité royale. En 2018, 500 kg de miel béton ont ainsi été produits, vendus principalement à l’Office du tourisme de Saint-Denis. Enfin, pour les apiculteurs amateurs, Darné a lancé son « Pollen club », un atelier de formation organisé tous les samedis au sein de la Zone Sensible – réservation sur public@parti-poetique.org 

Depuis 2017, le toit de l’Université Paris-8 de Saint-Denis accueille aussi six ruchers et près de 200 000 abeilles noires à l’initiative d’une documentaliste de la fac, passionnée d’apiculture. Une poignée d’étudiants et d’étudiantes lui a emboité le pas et cherche à « sensibiliser les étudiants à la question du climat et de la biodiversité ».

 

Saint-Ouen, Montreuil, terres d’essaimage…

Résultat de recherche d'images pour "le rucher audonien"

A Saint-Ouen, le Rucher audonien est une une association créée en 2002 qui réunit une dizaine de bénévoles amoureux du miel. Ces passionnés s’occupent d’une dizaine de ruches situées à Saint-Ouen et récoltent le miel selon des méthodes traditionnelles. Régulièrement, l’association organise animations, démonstrations et vente de miel au sein de ses deux lieux de production : les ruchers du Grand-Parc de Saint-Ouen sur Seine et Debain, l’un des sept quartiers audoniens.

Du côté de Montreuil, la ville a reçu fin 2018 le label APiCité, un label national qui récompense les politiques locales en faveur de la préservation de l’abeille et de la biodiversité. Ce qui se traduit sur le territoire montreuillois par un soutien actif au tissu associatif apicole. En 2018, on dénombrait ainsi plus d’une centaine de ruches à Montreuil, gérées par une trentaine d’apiculteurs, amateurs pour l’essentiel. Parc des Beaumonts, écoles, terrasses d’entreprises et jardins de particuliers accueillent l’ensemble des ruchers de la ville. Le miel montreuillois a aussi été primé au concours des miels d’Île-de-France 2017.

 

Frédéric Haxo


 

Envie de miel près de chez vous ?

Rendez-vous sur made.inseinesaintdenis.fr, l’appli qui répertorie les lieux de l’agriculture urbaine, l’alimentation durable et du réemploi de Seine-Saint-Denis !
Déjà plus de 350 lieux et structures y figurent, allez les découvrir !


 

Partager sur les réseaux sociaux