Re-Belle et toujours solidaire !

A Aubervilliers, les confitures Re-Belle limitent le gaspillage alimentaire tout en développant près d’une quinzaine d’emplois en insertion, après seulement quatre ans d’existence. Une aventure née dans le sillage du mouvement disco-soupe, artisan festif de l’anti-gaspi. Focus sur la réussite de nos ambassadrices et lauréates de l'Appel à Agir 2017 à l’occasion du mois de l’Economie Sociale et Solidaire.

Chez Re-Belle, l’économie sociale et solidaire (ESS) est un concept qui s’étale comme les confitures que l’association met en pots en récupérant les fruits et légumes invendus de la grande distribution. Ce qui l’amène à se développer régulièrement puisque quatre ans après sa création en 2015, l’association Re-Belle emploie aujourd’hui 19 salariés dont 13 en parcours d’insertion. Côté chiffres toujours, cela signifie qu’elle a depuis ses débuts récupéré 55 tonnes de fruits et légumes promis à la destruction, rempli 132 000 pots de confitures et compte aujourd’hui une centaine de points de vente ou de distribution, principalement des magasins Monoprix franciliens où elle récupère ses matières premières, mais aussi des épiceries indépendantes, des hôtels. « Et l’idée est de continuer à se développer en 2020 en sauvant encore plus de fruits et légumes de la destruction, en continuant d’embaucher des salariés en insertion avec l’objectif d’ici 2021 de regrouper nos cuisines et nos bureaux au même endroit, peut-être à Aubervilliers où nous sommes déjà» , synthétise Elodie Theme, chargée de développement au sein de Re-Belle qui bénéficie du statut d’Atelier et Chantier d’Insertion (ACI). De quoi permettre à l’association d’être conventionné par l’État afin de bénéficier d’aides pour accomplir ses missions d’insertion de personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles.

La cuisine comme lien social

Hébergée depuis début 2018 par la ville d’Aubervilliers dans les cuisines de la résidence pour personnes âgées Salvador-Allende, Re-Belle s’appuie aussi sur son implantation sociale en Seine-Saint-Denis pour diffuser localement les pratiques de l’anti-gaspillage comme elle le fait régulièrement lors d’ateliers organisés dans les écoles du 93 ou lors de fêtes de quartier comme celle des Quatre Chemins. Employée à mi-temps, une chargée d’animation déplace donc sa cuisine amovible au gré des demandes pour «former des confituriers anti-gaspi. » « Et on intervient aussi en entreprise sur des ateliers de team-building, poursuit Elodie Theme. Les ateliers en cuisine sont idéaux pour susciter la cohésion d’équipe comme pour ouvrir la discussion sur les vertus de l’alimentation durable. » Une manière de rester fidèle à la vocation de Re-Belle, dessinée par sa co-fondatrice Colette Rapp (partie sous d’autres cieux mais qui reste membre du conseil d’administration) dans la foulée de son adhésion au mouvement disco-soupe, organisateur d’événements festifs dans la rue avec des légumes invendus. « C’est en découvrant une initiative à Londres de fabrication de chutneys à base de fruits et légumes invendus que j’ai eu l’idée de me lancer dans les confitures suivant le même principe », nous racontait-elle en 2016. Pour moi, c’était une manière de créer du lien et de sensibiliser plus largement à la problématique du gaspillage alimentaire sans verser dans la culpabilisation. »

 

Des saveurs uniques…

Une philosophie qui va bientôt s’étaler au-delà des tartines de confiture puisque Re-Belle compte se diversifier en créant des compotes, des chutneys, des soupes ou des tartinables comme les caviars d’aubergine sur le même principe de production que celui des confitures. Un premier partenariat noué avec un hypermarché Carrefour de l’Ouest parisien devrait en effet générer un nouveau développement. « Notre autre objectif en 2020, c’est aussi de déployer notre partenariat sur une dizaine d’hypermarchés de cette enseigne en Ile-de-France », projette Elodie Thème. De quoi augmenter le volume de fruits et légumes sauvés de la destruction -400 kg en moyenne par semaine-, recruter davantage et bien sûr continuer de distiller des alliages de saveur incomparables (1) comme les combos banane-citron clémentine ou tomates-poivrons piment…

 

Frédéric Haxo

 

(1) Re-Belle sera présent du 13 au 15 décembre au Marché de Noël éthique et solidaire des Canaux, la Maison des économies solidaires et innovantes situé en bordure du Canal de l’Ourcq, dans le 19e arrondissement de Paris.

 

Partager sur les réseaux sociaux