Sylvain Mustaki, ambassadeur partageur

A Montreuil, sa ville, ce producteur de « variétés internationales » organise les Routes du partage les 18 et 19 mai prochain. Un événement qui cadre parfaitement avec sa philosophie de vie. Voici son portrait : à partager évidemment !

« J’en ai un peu marre d’entendre qu’il faut marcher sur la tête de son voisin pour réussir, j’ai eu envie d’autre chose ! »

Autre chose, ce sont les « Routes du partage » que Sylvain Mustaki, ambassadeur partageur du In-Seine-Saint-Denis, organisera les 18 et 19 mai dans tout Montreuil. Ce week-end-là, « il y aura 20 zones de partage réparties dans tout Montreuil », détaille Sylvain Mustaki. On donnera ce qu’on veut et on prendra ce qu’on veut, mais ce ne sera pas un troc. La seule condition, c’est que les objets soient en bon état. Mais, on pourra aussi donner ou recevoir des cours de yoga, de cuisine… »

L’idée de ce week-end -voir ci-dessous-, c’est aussi d’échanger et de discuter autour de toutes les initiatives qui peuvent « améliorer le vivre ensemble tout en réduisant l’impact environnemental qui conduit peu à peu notre monde à la catastrophe », développe Sylvain Mustaki, créateur par ailleurs de l’Observatoire du partage et qui fut dans un passé récent un producteur de musique engagé. A côté de Johnny Clegg, AC/DC ou Holiday on Ice, celui qui a aujourd’hui 64 ans s’est en effet également investi dans l’organisation d’événements militants, de la première grande fête de SOS-Racisme à Paris en 1985 jusqu’à « Rock sans papiers » en 2010.

Pas des bisounours !

Ce qui lui fait dire aujourd’hui qu’il « faut essayer de faire du partage un outil de transformation de notre société, sans tomber non plus dans la naïveté et se complaire dans un monde de Bisounours ! » Bref, vous l’aurez compris, Mustaki natif d’Alexandrie en Égypte a la fibre sociale, humaine et internationaliste, celle du partage. « Mes combats vont avec mon époque, résume le sexagénaire, c’étaient les droits de l’homme, la lutte contre le racisme… Des préoccupations qui ne m’ont d’ailleurs pas quittées parce qu’on ne peut pas dire que l’état du monde soit bien meilleur qu’il y a quelques années, surtout lorsqu’on pense à la destruction de l’environnement, une question qu’on se posait moins dans ma jeunesse. »

L’un dans l’autre, Sylvain Mustaki se mobilise donc aujourd’hui pour que le « monde du partage se substitue au partage du monde » établi par les lois d’airain des grandes multinationales. Et quoi de mieux pour cela que de commencer par un grand évènement en Seine-Saint-Denis, son port d’attache puisqu’il réside à Montreuil.

« La Seine-Saint-Denis, c’est une grande partie de ma vie, ça fait plus de 20 ans que je suis Montreuillois, expose-t-il, mes enfants y ont grandi et je me sens bien dans cette ville et ce département. En Seine-Saint-Denis, je dirais qu’il y a une énergie et un esprit d’initiatives qui émergent au quotidien, sûrement parce que la situation est plus difficile matériellement qu’ailleurs, mais c’est aussi ce qui fait la force de ce département. »

A démontrer sur le terrain les 18 et 19 mai et à partager sur vos réseaux sociaux en attendant…

Frédéric Haxo

Crédits photo: Despatin & Gobeli


Rien n’est à vendre, tout est à prendre ou à donner…

Les Routes du Partage mettront en scène les 18 et 19 mai toutes les initiatives existant à Montreuil autour de la thématique du partage. Aussi bien dans le domaine social mais également en matière d’environnement, de culture, de sport ou de transport… Une expérience inédite qui vise à démontrer que le « partage n’est pas une utopie, mais un moyen effectif pour les citoyens comme leurs municipalités d’affronter des défis que les états semblent aujourd’hui incapables de résoudre, au premier rang desquels figure la question du dérèglement climatique. » Au centre de ces deux journées, il y aura les « gratiferias », un concept de marchés gratuits venu d’Argentine où chacun apporte ce qu’il veut, tout en étant libre de repartir avec ce qui lui plaît…

Infos et programme sur https://observatoire-du-partage.org/les-routes-du-partage-2019/


 

Partager sur les réseaux sociaux