Territoire(s), un concours et des histoires qui durent In-Seine-Saint-Denis

Le 13 janvier, la MC93 accueillera le vernissage de l’exposition d’Alexia Fiasco, lauréate en avril dernier de la quatrième édition du concours photographique « Territoire(s) In Seine-Saint-Denis. » L’occasion de revenir sur la manière dont le jury de Territoire(s) a aussi, tout au long de l’année 2023, accompagné une promotion de sept projets photographiques.

C’était le 27 avril 2023, la 4e édition du concours photo In Seine-Saint-Denis dont le thème était « Jeux d’échelles », autrement dit comment « le terrain de jeux de nos années d’enfance se prépare à devenir le territoire des Jeux de 2024 », rendait son verdict. Ce jour-là, le jury de « Territoire(s) » avait primé la démarche photographique et sociale d’Alexia Fiasco qui a braqué ses objectifs sur la disparition prochaine de la cité des Fauvettes à Pierrefitte-sur-Seine. Un regard photo à découvrir dans le hall de la MC93 à partir du 13 janvier et jusqu’au 30 mars (1).

Aux côtés d’Alexia Fiasco, « Territoire(s) » avait aussi choisi de suivre six autres photographes en lice lors du concours afin de « les appuyer pour développer leurs projets en Seine-Saint-Denis », rappelle Raphaële Bertho, présidente de la 4e édition du concours made In Seine-Saint-Denis – lire notre encadré.

Huit mois plus tard, ces sept talents au féminin racontent au IN comment elles poursuivent l’aventure initiée en 2023…

 

« Un concours révolutionnaire ! »

Diplômée de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2015, Elsa Leydier développe une pratique photographique autour du pouvoir des images iconiques. Parmi ses autres sujets d’intérets : l’écoféminisme.

« Dans le monde de la photo, Territoire(s) est assez révolutionnaire ! Tout simplement parce que ce n’est pas un concours qui se finit avec le même mail anonyme de refus si vous n’êtes pas lauréat.e. Au contraire, on a pu bénéficier d’un suivi très attentif de la part de différents acteurs culturels de la Seine-Saint-Denis -lire notre encadré- et échanger avec eux nous aide à nous sentir un peu moins seuls. Parce que c’est toujours positif d’avoir un regard extérieur sur son travail. Et, c’est aussi ce qui m’encourage à poursuivre le travail que je mène en ce moment sur la question des injustices. »

 

« Une expertise et des rencontres »

Photo-journaliste et réalisatrice, Olga Kravets, née à Moscou, est d’origine russo-ukrainienne. Dionysienne d’adoption, elle est, entre autres, l’auteure en 2018 de « Nine Cities », un web-documentaire qui explore dix années d’après-guerre en Tchétchénie.

« Jusqu’ici j’ai surtout travaillé à l’international et en participant à Territoire(s), j’ai voulu, cette fois, saisir ce qui se passe en bas de chez moi à Saint-Denis en m’intéressant aux transformations enclenchées par les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Pour moi, c’est un projet à long terme et c’est vraiment important de bénéficier de l’expertise de Raphaële Bertho, la commissaire de l’exposition Territoire(s) afin de mieux connaitre les acteurs culturels et institutionnels de la Seine-Saint-Denis. Une bonne façon aussi de provoquer des rencontres pour de futures expositions ! En fait, grâce à Territoire(s), on se crée un communauté, un réseau qui est très important, parce qu’on a beau avoir fait des photos dans le monde entier, on peut être un peu « perdue » en bas de chez soi ! »

 

« Pas qu’un dossier parmi d’autres… »

Comédienne, vidéaste et photographe, la Montreuilloise Massandje Sanogo est aussi l’auteure d’un seule en scène intitulé « Rapport sur ma vie ante?rieure de femme noire. »

« Grâce à Territoire(s), je me suis senti moins seule et sutout très bien entourée pour découvrir différents lieux de création en Seine-Saint-Denis et leurs équipes : ça nous ouvre des portes et des opportunités pour plus tard et c’est franchement important qu’un Département comme la Seine-Saint-Denis nous soutienne de cette manière. C’est un concours où vous n’étes pas qu’un dossier parmi d’autres, on s’intéresse vraiment à votre parcours artistique.

Et si en ce moment, je suis tournée vers la création d’une pièce de théatre à Montreuil qui racontera l’expérience d’afro-descendants en France, je reviendrai dès que possible vers le projet que j’avais proposé pour Territoire(s) : une série sur le thème de l’enfance en Seine-Saint-Denis à travers les espaces de jeux des quartiers du 93. »

 

« Une belle aventure qui dure… »

Photographe de presse, Caroline Ruffault mène aussi en parallèle des projets plus artistiques qui l’ont amené à créer « SheGazes », un magazine sur la représentation des femmes dans l’art et la photographie.

« Territoire(s) pour moi, c’est une belle aventure qui dure et qui ne s’est pas arrêtée le jour de la délibération du jury. Les équipes de Territoire(s) et du In Seine-Saint-Denis ont vraiment su créer une communauté : donc on se suit et on s’encourage sur les réseaux sociaux ou alors en se rencontrant lors de nos visites à la Maison Populaire de Montreuil, à la Fondation Fiminco ou encore aux Ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois.

Et surtout, on bénéficie aussi d’un regard très intéressant sur notre travail : Clément Postec, conseiller artistique aux Ateliers Médicis, m’a par exemple conseillé de ne pas hésiter à dire « JE » lorsque je présente un projet photographique, de vraiment livrer mon ressenti. Ça a l’air simple, dit comme ça, mais la façon dont il me l’a expliquée va vraiment me servir à l’avenir. »

« Territoire(s) a nourri mon projet »

Photographe indépendante installée à Montreuil, Elodie Arroyo travaille aussi bien sur des sujets d’actualité pour la presse que sur des projets documentaires. Le dernier en date pour Territoire(s) explorera la place des filles sur les terrains de jeux publics.

« Grâce au suivi du concours Territoire(s), j’ai pu affiner mon projet photographique : au départ je souhaitais documenter la place des filles sur les terrains de sport de proximité dans les quartiers, principalement à Montreuil, Bagnolet et Romainville. Mais en discutant avec l’équipe de Territoire(s) et au fil de nos échanges, je me suis rendue compte que les filles, les ados en particulier, investissaient plutôt les aires de jeux pour les plus petits. Donc, mon idée de départ a pris une autre direction et c’est d’ailleurs pour cela que j’en profite pour passer un appel : j’aimerai suivre un groupe féminin d’ados entre 11 et 15 ans, habitant dans le 93 et qui se retrouve régulièrement dans l’espace public pour danser ou jouer au foot.

En fait, Territoire(s) en créant des liens, en provoquant des rencontres a vraiment nourri et construit un peu plus mon idée de départ. »

(1) Vernissage de l’exposition photographique «Les dernières Fauvettes » d’Alexia Fiasco, samedi 13 janvier à 16h, hall de la MC93 à Bobigny.

Entrée libre. Plus d’infos sur www.mc93.com

Un suivi au long cours

Des journées de rencontres à la Maison Pop’ de Montreuil, à la Fondation Fiminco à Romainville ou encore aux ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois, le programme de la promotion 2023 de Territoire(s) a sillonné la Seine-Saint-Denis entre mai et décembre dernier. Pour des rencontres physiques mais aussi des temps d’échanges réguliers avec le jury de Territoire(s) resté très impliqué et à l’écoute du quintette de photographes, à l’instar, entre autres, de Patricia Morvan, co-directrice de l’agence de photographes Vu’

« L’idée du suivi de la promo’ c’était vraiment d’avoir aussi bien une dynamique de rendez-vous ponctuels pour rencontrer des professionnels de la culture implantés en Seine-Saint-Denis, mais aussi de créer du lien entre les photographes de la promo. Ce qu’on a fait, par exemple, lors d’une séance collective de présentation de leurs porte-folios respectifs», éclaire Raphaële Bertho, commissaire de l’exposition « Territoire(s) » pour la MC93. Tout ce suivi effectué après le concours était une manière pour nous de leur ouvrir des portes qui ne sont justement pas toujours faciles à pousser. Mais aussi de leur donner des idées, des moyens des contacts pour faire exister leurs projets photographiques en Seine-Saint-Denis. »

Propos recueillis par Frédéric Haxo

Partager sur les réseaux sociaux